L’incertitude des formes (βeta)

Emmanuel Guez

Emmanuel Guez

Artiste-chercheur, il procède par expérimentations pour explorer les mutations contemporaines liées à l'environnement numérique. Ses productions artistiques, qui croisent l’art du réseau avec la textualité, l’image fixe ou en mouvement, la performance, les arts du spectacle ou de l’espace public, s'attachent à éprouver, dans un contexte machinique et numérique, les notions d'auteur, d'identité (anonymat, pseudonymat, hétéronymat…), ainsi que les formes faibles de l'art et de l'écriture (l'ennui, l'échec, le bug, le rien). Dans son travail, le jeu agit pour faire naître des formes et des actions imprévisibles. Considérant le réseau comme une scène, c'est-à-dire comme un espace et un temps publics de représentation, il cherche à en saisir la dramaturgie (effets sur la perception, les représentations et la vie commune). Ses productions, souvent réalisées avec d'autres artistes, sont placées sous licence libre. Professeur de philosophie de 1993 à 2006 (en France et en Allemagne), il a été chargé du programme des Sondes à la Chartreuse – Centre National des Écritures du Spectacle (2009-2012). Dans le même temps, il a enseigné la création théâtrale ainsi que les cultures numériques à l’Université d’Avignon. Depuis 2011, il enseigne les arts et les cultures numériques aux Beaux-Arts de Paris. Il est actuellement chargé de la recherche à l’École Supérieure d’Art d’Avignon, où il dirige le programme PAMAL (Preservation - Archaeology - Media Art Lab), visant à interroger la notion d'écosystème médiatique et la matérialité des oeuvres du réseau, à travers la triple question de leur préservation, de leur exposition et de l'émergence et l'obsolescence des formes.